Conçu par l’architecte japonais Shigeru Ban, le siège principal de Swatch, à Bienne, en Suisse occidentale, est l’une des plus grandes structures en bois au monde. Ce chef d’oeuvre architectural a été inauguré solennellement en octobre 2019 par Nayla Hayek, présidente du Conseil d’administration de Swatch Group, et Nick Hayek, CEO de Swatch Group, en présence de Shigeru Ban.

Le nouveau bâtiment Swatch, à la silhouette incurvée, s’étend sur 240 mètres de long et 35 mètres de large. Sa façade constituée de près de 2 800 éléments alvéolaires, dont 442 éléments photovoltaïques qui lui confèrent son aspect scintillant, culmine à 27 mètres.

Reflet de l’esprit de la marque

Le design atypique de la façade en écailles rompt avec la conception traditionnelle des immeubles de bureaux. Le bâtiment s’intègre harmonieusement dans la métropole de l’horlogerie suisse. Comme pour une oeuvre d’art, l’interprétation réside dans l’oeil de l’observateur. Le concept à la fois original et pragmatique de Shigeru Ban reflète à merveille la créativité de la marque.

La façade voûtée s’élève vers l’entrée pour rejoindre, de l’autre côté de la rue, la Cité du Temps, qui abrite les musées des deux marques horlogères biennoises mondialement connues : Swatch et Omega. Les amateurs de design et de technique sont attendus dans les espaces Planet Swatch et Omega Museum. L’intérieur et l’extérieur du bâtiment se distinguent par leurs accents architecturaux : formes arrondies, couleurs, éléments transparents, matériaux et éléments de construction traditionnels.

Reposant sur une ossature filigrane en bois d’épicéa, l’enveloppe de 11 000 m2 recouvre cinq étages pour une superficie totale de 25 000 m2. L’architecte a choisi le bois pour ses propriétés écologiques et sa durabilité. De plus, ce matériau très souple permet des découpes extrêmement précises, des qualités indispensables pour une construction dans laquelle chaque millimètre compte. Les planificateurs ont eu recours à la technologie 3D pour définir les formes et les emplacements des quelque 4 600 poutres.

Planification électrique créative

Les aspects esthétiques et architecturaux ont été un défi non seulement pour les ingénieurs du bâtiment, mais également pour les planificateurs des installations électrotechniques, chargés de trouver des solutions créatives pour intégrer la technique du bâtiment, les installations photovoltaïques, le câblage de bus et des réseaux de données dans la structure en bois.

Commentaire de Roland Hochstrasser, responsable de projet chez HKG Engineering AG : « L’architecte avait imposé des exigences extrêmement pointues aux concepteurs, dans tous les domaines. »

La réalisation technique de l’oeuvre d’art est le fruit de la coopération entre spécialistes de plusieurs pays et cultures. Il s’agissait ensuite de mettre en concordance les normes et les concepts propres à chacun. La coordination entre les différents corps de métier devait être ajustée en permanence. De plus, le design, la fonctionnalité et la disposition exigeaient une adaptation au cas par cas. Les responsables ont dû définir en détail l’emplacement des différents dispositifs et installations, tels que les prises, les luminaires, les chemins de câble, les détecteurs de fumée et les haut-parleurs.

« Coordonner le câblage et les emplacements des équipements était aussi une tâche très particulière, car les câbles devaient être presque invisibles et ne pouvaient traverser la structure en bois qu’à certains endroits prédéfinis », raconte Roland Hochstrasser.

Câblage discret

La société Etavis Jag Jakob AG a réalisé le câblage électrique, de bus, de communication et de données. « En raison de la structure particulière du bâtiment, la planification des installations n’était pas facile », déclare Nicolas Schmutz, responsable de projet. Il confirme les propos de Roland Hochstrasser : « En raison de la forme de l’ossature en bois du toit, il était impossible de trouver des tracés courts et droits pour poser un câblage discret. Nous devions tenir compte des formes arrondies et L’architecture au service du temps : le nouveau siège de Swatch de nombreux croisements. De nombreuses visites sur place ont été nécessaires pour mener à bien cette mission. »

Outre les exigences liées à la construction, l’entreprise électrique devait également respecter des consignes très précises en matière de design. Nicolas Schmutz : « Tous les dispositifs intégrés, par exemple les prises, les détecteurs de fumée, les capteurs de température, etc., devaient être conformes au concept de couleurs de l’architecte. »

En raison de la forme de l’ossature en bois du toit, il était impossible de trouver des tracés courts et droits pour poser un câblage discret. Nous devions tenir compte des formes arrondies et de nombreux croisements.

Nicolas Schmutz, responsable de projet, Etavis Jag Jakob AG

Une infrastructure pour 10 gigabits

Design créatif, horlogerie de pointe et notoriété mondiale de la marque sont synonymes de grands volumes de données. L’équipe de projet a créé les conditions, permettant à Swatch de bénéficier d'une infrastructure répondant à ce type de besoins.

Le réseau fédérateur en fibre optique relie les différents étages aux équipements informatiques centraux, au débit de 10 gigabits. Le niveau tertiaire de l’infrastructure de données et de communication du nouveau siège de Swatch consiste en un câblage blindé cat. 7A. Pour équiper les boîtiers de raccordement, l’équipe de projet a retenu les modules blindés cat. 6A EL de R&M, dont l’utilisation aisée a facilité les travaux d’installation. Ce câblage permet à Swatch d’offrir, en cas de besoin, une connectivité 10 gigabits jusqu’au poste de travail.

Les installations techniques du bâtiment sont fédérées par une infrastructure de bus KNX qui intègre les systèmes de chauffage et de climatisation, l’ombrage automatique par bus LON, l’éclairage ainsi que les systèmes de sécurité et de protection incendie. Le concept énergétique repose sur la technologie solaire et l’utilisation des eaux souterraines. La ventilation, la climatisation, le chauffage et l’éclairage tant du bâtiment principal que de la Cité du Temps peuvent ainsi fonctionner de manière autonome. 

Systèmes de vélos en libre-service, stations de recharge, stores et vitrages intelligents, éclairage LED, système de ventilation à haut rendement, éléments thermiques, bureau sans papier : le nouveau bâtiment de Swatch montre que le recours aux technologies modernes et à un vaste savoirfaire permet de réaliser des constructions et les espaces de travail contemporains en parfaite harmonie avec la nature.